Our Group

Our group has been founded on 9/12/2010 in the framework of the VIII Congress of IACL, on the common initiative of Victor Bazan and Sandra Liebenberg.
Its main aim is to develop a network and a forum for constitutionalists interested in social rights from countries throughout the world. Among its future activities will be, inter alia, the development of comparative research projects on topics to be decided collectively, advocacy and public Interest litigation on social rights issues and further involvement to related activities of IACL.

Tuesday, April 19, 2011

Quotas Raciales – La polémique opinion du professeur noir Nord américain Walter Williams, Un Interview par Marcelo Figueiredo


Quotas Raciales – La polémique opinion du professeur noir Nord américain Walter Williams.1
Le Professeur Nord-américain de l´Université George Mason, dans l´État de Virginia, Walter Williams, dans l´Édition de la Revue Brésilienne VEJA, du 9 Mars 2011, a déclaré dans une entrevue polémique, mais courageuse, que les actions affirmatives nuisent les noirs, parce qu´elles renforcent les stéréotypes d´infériorité. Il a défendu la liberté économique, comme arme contre l´inégalité raciale2.

Lui-même, un noir de 74 ans, se définit comme un « libertaire radical », comme les américains qui s´opposent à l´excès d´activisme de l´État, et défendent plus de liberté individuelle. Fidèle à ses idées, il est contre les actions affirmatives et les quotas raciales, et il dit que le meilleur instrument pour vaincre l´inégalité raciale est le livre Marché : « L´économie de Marché est le grand ennemi de la discrimination ».

Voyons quelques parties intéressantes de cette entrevue.

1)     Sur l´État de bienêtre social et ses bénéfices, le journaliste a demandé s´il n´ aide pas les noirs à soulager la situation de pauvreté aux jours actuels.
Il a affirmé : « Tous les économistes sont d´accord que l´offre de ce qui est subventionné diminue toujours. Il y a des années, les EUA subventionnent la désintégration familiale. Quand une adolescente pauvre tombe enceinte, elle gagne le droit de s´inscrire dans des programmes de logement pour habiter sans rien payer, el reçoit les bons-alimentation, les bons-transport et une série d´autres bénéfices. Auparavant, une jeune fille en grossesse était une honte pour la famille. Plusieurs d´elles étaient envoyées au Sud, pour vivre avec des parents. Aujourd´hui, l´État de bienêtre social favorise ce comportement. Le résultat est que dans les années de mon adolescence, de 13% à 15% des enfants noirs étaient fils de mère célibataire. À présent, elles sont 70%.
            Le salaire minimum, que les personnes considèrent une conquête pour les plus déprotégés, est une tragédie pour les pauvres. L´obligation de payer un salaire minimum à l´employé de la pompe d´essence a porté à l´automation et au self-service. Le huissier du cinéma n´existe plus, et ce n´est pas parque nous aimons trébucher dans le sombre du cinéma. C´est à cause du salaire minimum. Dans l´Afrique du Sud de l´apartheid, les grands défenseurs du…

__________________________
1Marcelo Figueiredo, avocat, professeur de droit constitutionnel et Directeur de la Faculté de Droit de la PUC-SP, Brésil : mfigueiredo.adv@uol.com.br
2  Bien que je croie qu´il y a beaucoup de simplifications dans leurs positions
(aussi parce qu´il s´agit d´une entrevue, et pas d´une thèse académique), certaines de ses positions sont assez énergiques. À mon critère, ses leçons ne s´appliquent pas partout, où l´on trouve des réalités économiques différentes (malgré son opinion). Je ne suis pas non plus, au contraire du professeur, un enthousiaste dévoué du livre marché, au moins, pas comme lui. De toutes façons, c´est intéressant de lire ses positions, surtout au moment quand on parle de droit constitutionnel dans son application, y incluses les relations privées et horizontales entre les particuliers.

…salaire minimum étaient les syndicats racistes de blancs, qui n´acceptaient pas la filiation de noirs. Ils ne cachaient pas que le salaire minimum était le meilleur instrument pour éviter l´embauche de noirs, qui, étant moins qualifiés, étaient prêts pour travailler en gagnant moins. Le salaire minimum créait une réserve de marchés pour les blancs.

2ème.)   ¿Les actions affirmatives et les quotas raciales n´ont-elles pas aidé à promouvoir les noirs américains?
La première fois qu´on a utilisé l´expression « action affirmative » a été pendant le mandat de Richard Nixon (1969-1974). Les noirs de cette époque avaient déjà fait des progrès extraordinaires. Un collègue a une étude qui montre que le rythme du progrès des noirs entre les décades de 40 et 60 a été plus grand qu´entre les décades de 60 et 80. Le succès des noirs ne peut pas attribué aux actions affirmatives.

3ème. ) ¿ Les actions affirmatives ne fonctionnent pas ?
Les noirs n´ont pas besoin d´elles. Je donne un exemple. Il y a eu un temps quand il n´y avait pas des joueurs de basquet-ball  noirs dans les États-Unis. À présent, sans quota raciale, et sans action affirmative, 80% sont noirs.  ¿Pourquoi? Parce qu´ils sont d´excellents joueurs. Si les noirs auront la même capacité en mathématique où dans la science de la computation, ils envahiront ces champs d´activité. Pour cela, il suffit d´avoir d´école, bonnes écoles, grandes écoles. Il y a un aspect dans lequel les actions affirmatives sont nuisibles. Thomas Sowell, collègue économiste, a une étude excellente sur la matière. Il monte comment les noirs se portent préjudice avec la politique des quotas raciales créée par la disputée école de génie du MIT, l´une des plus prestigieuses institutions académiques des EUA. Les noirs recrutés par le MIT sont parmi les 5% meilleurs du pays en mathématique, mais malgré ça, ils ont besoin de faire des cours extras pendant quelques années. Ceci, parce que les blancs du MIT sont les meilleurs en mathématique, les 1% meilleurs du pays. Les noirs, même étant très bons, se trouvent au-dessous du niveau d´excellence de l´MIT. Mais ils pourraient très bien étudier dans d´autres institutions respectables, où ils seraient dans la liste des candidats à recteur, et sans besoin de cours spéciaux. À cause d´actions affirmatives, beaucoup de noirs sont aujourd´hui dans des positions au-dessus de leur potentiel académique. Si vous êtes en train d´apprendre à lutter box et votre premier match est avec Mike Tyson, vous êtes perdu. Vous pouvez avoir un excellent potentiel pour être boxeur, mais on ne peut pas commencer en luttant avec Tyson. Les actions affirmatives dans ce sens sont cruelles. Elles renforcent les pires stéréotypes raciaux.
4ème.) Dans un pays comme le Brésil, où les noirs n´ont pas avancé tellement qu´aux États-Unis, ¿les actions affirmatives n´on pas de sens?
La meilleure chose que les brésiliens pourraient faire, c´est de garantir l´éducation de qualité. Des quotas raciales au Brésil, un pays qui a plus de miscibilité raciale que les EUA, sont insensées. En plus, elles forcent une identification raciale qui ne fait pas partie de la culture brésilienne. Forcer des classifications raciales, c´est un mauvais chemin. La Fondation Ford est une grande promotrice des actions affirmatives, en partant de la prémisse trompée, que la réalité défavorable aux noirs est fruit de la discrimination. Personne méconnait qu´il y a eu discrimination très lourde au passé et qu´il y en a encore, bien qu´énormément atténuée.  Mais tout n´est pas le résultat de la discrimination. Le fait qu´à peine 30% des enfants noirs vivent dans des maisons avec un père et une mère, c´est un problème, mais qui ne résulte pas de la discrimination. La différence de performance académique entre noirs et blancs est dramatique, mais elle ne vient pas de la discrimination. Le faible nombre de physiques, chimistes ou statistiques noirs aux EUA ne résulte pas de la discrimination, mais de la mauvaise formation académique qui, à son tour, n´est pas, néanmoins, produit de la discrimination raciale.
5ème.) ¿Quel est le moyen le plus efficace pour promouvoir l´égalité raciale? Premièrement, il n´existe pas d´égalité raciale absolue, et elle n´est pas désirable. Il y a des différences entre noirs et blancs, hommes et femmes, ce n´est pas un problème. Ce qui est désirable, c´est que nous tous soyons égaux devant la loi. Nous sommes égaux devant la loi, mas différents dans la vie. Aux EUA, les juifs sont 3% de la population, mais ils gagnent 35% des prix Nobel. Peut-être qu´ils soient plus intelligents, peut-être leur culture valorise plus l´éducation, ça ne nous intéresse pas. La meilleure façon de permettre que chacun de nous – noir ou blanc, homme ou femme, brésilien ou japonais – accomplisse son potentiel, c´est le livre marché. Le livre marché est le grand ennemi de la discrimination. Mas pour avoir un livre marché qui mérite ce nom, c´est recommandé d´éliminer toute loi qui discrimine, ou qui défend de discriminer.

6ème.) ¿Êtes-vous contre les lois qui interdisent la discrimination? Je suis un défenseur radical de la liberté individuelle. La discrimination est indésirable dans les institutions financées par l´argent du contributeur. L´Université George Manson a de l´argent publique. Par conséquence, elle ne peut pas discriminer. Une bibliothèque publique, qui reçoit de l´argent des impôts payés par les citoyens, ne peut pas discriminer. Mais le reste peut. Un club de champ, une école privée, soit-ce que ce soit, a le droit de discriminer. Je crois à la liberté d´association radicale. Les personnes doivent être livres pour s´associer comme elles veulent.
7ème.) ¿Pour organiser le Ku Klux Klan, aussi?
Oui, pourvu qu´elles ne tuent et maltraitent pas des personnes, ça va. Le véritable test sur notre degré d´adhésion à l´idée de la liberté d´association ne survient pas quand nous acceptons que les personnes s´associent autour d´idées avec lesquelles nous sommes d´accord. Le test réel, c´est quand nous acceptons qu´elles s´associent autour d´idéaux que nous jugeons répulsifs. La même chose vaut pour la liberté d´expression. C´est facile de la défendre quand les gens disent des choses que nous jugeons positives et sensibles, mais notre compromis avec la liberté d´expression est seulement, véritablement soumis à l´épreuve, quand dans la présence de personnes qui disent des choses que nous considérons absolument répulsives.
8ème.) ¿Exigez-vous d´être appelé « afro-américain » ?
Cette expression est une bêtise, commençant par le fait que pas tous les africains sont noirs. Un égyptien né aux États-Unis est un « afro-américain » ? L´Afrique est un continent, peuplé par des personnes différentes entre elles. Les divers peuples africains essaient se tuer mutuellement il y a des siècles. De ce point de vue, l´Afrique est identique à l´Europe, qui est aussi un continent, aussi peuplé par des peuples différents qui, eux aussi, essaient de se tuer il y a des siècles.




No comments:

Post a Comment

Popular Posts